tarentule costa rica decouverte
NOS POINTS FORTS
Logo de la réputation sans failleUne réputation sans faille
depuis 2008
Logo drapeau de la FranceUn seul inerlocuteur en français Logo de panneaux multidirectionnelNotre présence toute l’année sur le terrain Logo de cartes de créditDes moyens de paiement
simples et sécurisés

Les tarentules au Costa Rica, ces fascinantes arachnides de la forêt tropicale

Parler de tarentules ou de mygales n’est, à priori, pas la meilleure publicité pour le Costa Rica comme dans tous les pays tropicaux. Toutefois, rencontrer une tarentule est plutôt commun pour les habitants du Costa Rica qui ont appris à vivre avec. Mais pour les voyageurs, cela peut faire peur… Mais pas de panique !
Nous vous disons tout sur cette bébête pas si bête et pas si méchante que ça.

Les tarentules (Lycosa tarantula) au Costa Rica représentent une partie fascinante de l’écosystème diversifié du pays. Dans cet article, nous explorerons en profondeur le monde des tarentules au Costa Rica, en examinant leur biologie, leur habitat, leur comportement, ainsi que leur interaction avec les humains et leur rôle dans l’écosystème local.

Cette famille d’araignées aranéomorphes appartenant à la famille des Theraphosidae. Elles sont caractérisées par leur taille imposante, leur apparence intimidante et leur capacité à produire de la soie pour fabriquer des toiles et se protéger. Au Costa Rica, plusieurs espèces sont présentes, chacune adaptée à des habitats spécifiques et présentant des comportements variés.
Les Ticos vivent dans un pays de seulement 51 000 km 2, mais qui représente 5% de la biodiversité de la planète. C’est-à-dire qu’il y a de la faune dans tous les coins !

Dans de nombreux endroits du pays, il n’est pas rare de trouver des espèces exotiques dans les cours, dans les environs et même… dans les tiroirs. Oui, la richesse naturelle du Costa Rica est abondante, même dans les foyers.

Oui, bien que nous sachions que le mot tarentule suscite chez les gens des émotions extrêmes : peur, terreur, phobie, curiosité, fascination et, dans certains cas, même le plaisir de les avoir comme animaux domestiques (ce que nous ne recommandons pas : c’est un animal sauvage).

tarentule-sol-costa-rica-decouverte

Au Costa Rica y a-t-il des tarentules ou des mygales ?

Au Costa Rica, les tarentules, Lycosa tarantula, sont souvent confondues avec les mygales, Mygalomorphae, mais en réalité ce sont deux espèces distinctes. La confusion vient sans doute du terme Tarantula en anglais qui désigne… la mygale.

La tarentule à genou orange

Au Costa Rica, la tarentule à genou orange attire particulièrement l’attention en raison de la couleur vive au niveau des genoux qui contraste avec ses poils plutôt sombres. Son corps mesure environ 3 cm sans les pattes. Contrairement à de nombreux congénères, elle ne tisse pas de toile, mais se niche en embuscade pour traquer sa proie.
La femelle a une espérance de vie de 10 à 30 ans tandis que le mâle ne vit pas plus de 4 ans.
Elles jouent un rôle écologique essentiel en régulant les populations d’insectes. Les tarentules et les mygales sont toutes deux venimeuses, mais le venin peut varier en termes de composition et de toxicité d’une espèce à l’autre. En général, le venin des tarentules et des mygales n’est pas considéré comme mortel pour les humains, bien que les morsures puissent être douloureuses et provoquer une réaction locale.
Le terme « mygale » était utilisé pour désigner les araignées de la famille des Theraphosidae, notamment celles trouvées dans les régions tropicales et subtropicales.

tarentule-main-costa-rica-decouverte

La tarentule au Costa Rica

Les tarentules habitent une variété d’écosystèmes au Costa Rica, allant des forêts tropicales humides aux zones boisées et aux zones urbaines. Elles se cachent généralement sous des rochers, dans des terriers qu’elles creusent elles-mêmes ou dans des fissures dans le sol. Certaines espèces préfèrent les zones plus humides près des rivières ou des marécages, tandis que d’autres se trouvent dans les zones plus sèches et arides.

Le rôle des tarentules

Dans les forêts tropicales du Costa Rica, les tarentules jouent un rôle important en tant que prédateurs d’insectes, contribuant ainsi à maintenir l’équilibre écologique. Leur présence régule les populations d’arthropodes, de serpents, de lézards, de souris et contribue à la biodiversité globale de l’écosystème.

Le mythe

Cependant, l’ignorance sur la biologie de cet animal, tant dans les communautés urbaines que rurales, a généré des mythes et des croyances les plus divers, parmi lesquels ce que beaucoup de ruraux appellent “l’urine d’araignée”. Selon cette croyance, l’urine produit des taches ou des brûlures sur la peau des personnes et des autres animaux. Une autre légende qui a la peau dure est que la tarentule plongeait ses victimes dans une léthargie et que seules les danses des villageois pouvaient soigner le patient. Ces danses rapides ont donné leur nom à la tarentelle.

Mais toutes ces croyances sont absolument sans fondement et loin de la réalité. Tout d’abord, la tarentule ne pique pas mais mord avec une grande force grâce à ses crochets. Le venin qu’elle envoi sert principalement à endormir sa proie de taille relativement petite. Ce n’est pas dangereux pour l’homme. Elle peut parfois aussi, en situation de stress, libérer des poils situés dans le ventre et provoquer des réactions urticantes ou allergiques.

Mais les fausses informations ont la vie dure !

Il est important de souligner que la taille de la tarentule n’est pas liée à la puissance de son venin. Il existe des espèces plus petites et plus dangereuses pour l’être humain, telles que la veuve noire ou les araignées-loups du genre Phoneutria commune en France et en Italie.

La tarentule, comme beaucoup d’espèces d’animaux, s’introduit accidentellement dans les maisons, suscitant des réactions épidermiques et la peur.
Pourtant, il ne s’agit là que d’un refuge temporaire où elle recherche simplement des aliments comme des cafards (les fameuses cucarachas) et autres insectes. Elle fait partie du monde dans lequel nous vivons et partageons et que nous devons essayer de comprendre, de respecter et de tolérer.

faune tarentule monteverde is

Interaction avec les Humains

Au Costa Rica, les tarentules sont souvent rencontrées par les habitants et les visiteurs, que ce soit dans les zones rurales ou dans les régions plus développées. Bien que certains puissent craindre ces araignées en raison de leur apparence, elles sont généralement considérées comme inoffensives et bénéfiques pour l’écosystème. De nombreux Costariciens ont appris à coexister pacifiquement avec les tarentules, en les laissant tranquilles dans leur habitat naturel.

Cependant, il est important pour les habitants et les touristes d’être conscients des précautions à prendre lorsqu’ils rencontrent des tarentules. Il est recommandé de ne pas les provoquer, de ne pas les manipuler et de respecter leur espace. En cas de rencontre accidentelle, il est préférable de laisser l’araignée tranquille et de s’éloigner lentement pour éviter tout incident. Mais la garder chez soi peut-être une situation inconfortable.

Que faire si vous en trouvez une à la maison (ou à l’hôtel) ?

Il est possible de gérer cet événement sereinement et surtout d’essayer de comprendre que cet animal n’est ni un ennemi, ni un danger potentiel pour l’homme.

Mon expérience, en tout confidentialité 😉

J’ai pour ma part « affronté » plusieurs fois une expérience de rencontre fortuite avec cette araignée assez impressionnante. Je précise qu’il y a 18 ans, lors de mon installation au Costa Rica, j’avais une véritable phobie des araignées en tout genre. Mais, la rencontre fréquente avec ses arachnides m’a guéri partiellement de cette frayeur. Toutefois, je ne souhaite pas garder l’une d’entre elles dans mon chez-moi. Donc, j’ai mis au point une stratégie dont je vous donne ici le secret…

Idéalement, il suffit de prendre un chiffon, une serpillière (ma préférence) et de couvrir l’animal doucement. Puis, faire glisser tranquillement l’animal jusqu’au seuil de la porte. Soulever lentement le coin vers lequel vous voulez que l’araignée aille et miraculeusement, elle sortira tranquillement par cette sortie. L’animal n’est pas compliqué.

Cette ‘technologie’ m’a permis de pouvoir contrôler ma peur et de résoudre mon problème. La peur ne se commande pas, mais l’action si.

Vous pouvez aussi l’effrayer avec un balai, en la dirigeant également vers la sortie en prenant soin de ne pas la blesser. Une autre astuce, utiliser un bocal ou un récipient à large ouverture qui peut être placé sur l’araignée afin de la guider jusqu’à la sortie.

En tout état de cause, sortez votre appareil photo, car vous serez heureux d’avoir immortalisé l’instant si, comme moi, vous craignez d’approcher ce genre de bête. 😉
Ça fera l’événement de la journée 😉

Sinon, évidemment, le personnel de l’hôtel saura comment faire.

La tarentule et ses curiosités

  • Les tarentules constituent un groupe important d’invertébrés classés dans le groupe des arachnides, qui comprend également les scorpions, les acariens et les tiques.
  • Elles diffèrent des insectes par leurs huit pattes (les insectes en ont six), leur absence d’antennes et leurs appendices dans la bouche en forme de griffes ou de crocs, appelés chélicères, destinés à contenir la proie.
  • Certaines espèces de ce groupe possèdent un poison hautement toxique qu’elles inoculent avec ces crocs, mais la grande majorité d’entre elles ne sont pas dangereuses pour les humains. Les tarentules habitent les régions tropicales humides, subtropicales et arides du monde entier.
  • Ils vivent dans des terriers et des tunnels creusés par elles-mêmes. On les trouve également dans les cavités des arbres et les crevasses rocheuses, couvrant l’ensemble du continent américain, l’Asie, l’Europe du Sud, l’Afrique et le Moyen-Orient. Bref, partout !
  • Sa taille varie de petite jusqu’à certaines espèces qui peuvent être aussi volumineuses que la main d’un homme adulte. Ils n’ont pas de squelette interne mais possèdent une structure externe rigide appelée exosquelette qui se renouvelle deux à trois fois par an jusqu’à maturité.
  • La femelle tarentule, une fois fécondée, fabrique un cocon de soie dans lequel elle dépose les oeufs fécondés. Entre 6 et huit semaines plus tard entre 500 et 1000 oeufs vont éclorez. Il faudra ensuite deux ou trois mues pour arriver à la taille adulte. Mais rassurez-vous, seules quelques unes atteindront cette maturité.

Vous l’aurez compris : pas de quoi paniquer à la vue d’une tarentule ! Elles sont inoffensives et, si on y regarde de plus prêt, relativement jolies au final… Mais bon, chacun ses goûts. En comprenant et en respectant ces créatures fascinantes, nous pouvons apprécier pleinement leur rôle essentiel dans l’écosystème du Costa Rica.

Pas de commentaire au sujet de « Les tarentules au Costa Rica, ces fascinantes arachnides de la forêt tropicale »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

NOS AGENCES