san-jose-nuit-costa-rica-decouverte
  • Arnaud

  • 12Oct 17

San José, la troisième ville au monde à avoir l’électricité ? (part 1)

Il y a 134 ans, les ampoules électriques de la rue publique de San José ont été éclairées pour la première fois, une ville qui prétend être la troisième au monde à disposer de cette technologie. Est-il vrai que les ticos furent aussi précoces en matière d’énergie électrique ?

Vers 1884, San Jose était une poignée de plantations de café dispersées dans la vallée et sans même un théâtre qu’aurait fait la couronne de l’époque. C’était une ville illuminée à la bougie ou lampe au kérosène pour éclairer les quelques 50.000 habitants. Là, dans ce pâturage ombragé, deux hommes ont mis en place une petite centrale hydroélectrique. Pour ce faire, ils ont détourné des tuyaux qui ont alimenté une piscine pour rafraîchir les bœufs qui sont venus à la capitale.

Une aventure entrepreneuriale avant tout

Le premier chapitre de l’électricité du pays peut se résumer ainsi : deux gars qui volent de l’eau à partir d’une bouée pour allumer 25 ampoules.

Le Costa Rica était alors un jeune pays où les sabotages bénéficiant à la majorité étaient autorisées. Le premier envoi de bananes a quitté le port de Limon quatre ans plus tôt pour la Norvège, et pour le reste de la décennie, la Bibliothèque Nationale, le Lycée du Costa Rica et le Colegio de Señoritas (demoiselles, en français) seront inaugurés. Ce fut une décennie importante pour le pays.

manuel-victor-dengo-electrique-costa-rica-decouverte

Manuel Víctor Dengo

En 1882, après un voyage aux États-Unis, Manuel Víctor Dengo, un costaricien, est retourné à l’Université de Santo Tomás le premier titre d’ingénieur en mécanique du pays. Il est venu voir la lumière offerte par la station électrique de Pearl Street, installée par Thomas Edison à New York.

Après son retour au Costa Rica, Dengo a certainement observé de nombreuses nuits les lampes de fer alimenté au kérosène, situées à 50 mètres l’une de l’autre, qu’un gestionnaire venait allumer chaque jour avec une mèche brulante. Cela devait être dû au fait que, en juillet 1882, le gouvernement lui accordait le droit exclusif de développer l’électricité dans le pays.

Ainsi a commencé l’histoire électrique au Costa Rica : un peu d’angoisse, un peu d’excitation, un boulot entrepreneurial. Dengo s’est allié avec le guatémaltèque Luis Batres, qui avait l’argent et les contacts, et ensemble ils ont fondé la Compagnie électrique du Costa Rica.

luis-batres-electrique-costa-rica-decouverte

Luis Batres

Bien sûr, à l’époque où il n’y avait pas d’Amazon, pas de compagnies aériennes ou encore DHL pour commander un colis par transport aérien express, les choses se faisaient lentement.

Entre 1882 et 1884, une commande extravagante arriva aux bureaux de la compagnie Thompson-Houston sur Wester Avenue, Lynn, Massachusetts. Un endroit appelé Costa Rica avait besoin d’une roue Pelton de 75 chevaux, d’une dynamo de 50 kilowatts et de 25 lampes à arcs ouverts. Merci beaucoup et n’oubliez pas d’envoyer une facture !

Les premiers ? Les deuxièmes ? Les troisièmes ? Le fait : le 9 août 1884, au couché du soleil, les entrepreneurs mettent au travail la centrale, située en diagonale au coin nord-est de l’ancienne usine nationale des alcools. De là jusqu’au Parc Central, la lumière se diffuse en un clin d’œil. Magie !

(la suite de l’histoire au prochain épisode)

Pas réflexions au sujet de « San José, la troisième ville au monde à avoir l’électricité ? (part 1) »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE