• Anne

  • 07Nov 11

Parc National de la Amistad

Le plus grand parc est celui de la Amistad sur la cordillère de Talamanca. D’une superficie de 193 929 hectares il s’étend jusqu’au Panama. Il abrite environ 20% de la biodiversité de toute l’Amérique centrale !
Le parc constitue un corridor biologique entre les Amériques et influe sur les climats locaux. Toutefois, le corridor rêvé n’est désormais plus possible depuis la création du Canal du Panama qui a coupé en deux les Amériques.
En 1982, l’UNESCO a déclaré le parc ¨Réserve de la biosphère¨ et en 1983 patrimoine mondial en raison de sa valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science comme de la conservation et de la beauté naturelle. 4 habitats particuliers ne se trouvent qu’ici en Amérique Centrale : les forêts subalpines paramo, les forêts de chênes purs, les lacs d’origine glaciaire de haute altitude et les tourbières. Les autres habitats sont principalement : forêt tropicale très humide, forêt pluvieuse et forêt nuageuse sans compter les sommets des régions rocheuses, les marais froids limités à de petites zones en haute altitude. Ce parc de part sa situation géographique sert de filtre entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du sud.

BIODIVERSITE


La végétation est principalement constituée par des chênes couverts d’épiphytes, des forêts de fougères Lomaria et sphaignes ainsi que de 130 espèces d’orchidées. On y trouve aussi près de 380 espèces d’amphibiens et de reptiles comme les lézards, les salamandres et les anoures. Parmi les mammifères, y cohabitent tapir, puma, jaguar, singe capucin, ocelot, tayra et jaguarondi. Ce sont plus de 400 espèces d’oiseaux qui y ont été observées dont les fameux quetzals, les aigles harpies… Toutefois, l’exploration de ce parc n’en est qu’à ses balbutiements et chaque année de nouvelles espèces y sont découvertes. Ces  3 dernières années les scientifiques y ont trouvé pas moins de :
• 12 espèces végétales nouvelles ;
• 1 espèce de bousier – insecte coléoptère;
• 15 amphibiens ;
• 3 reptiles.
Le parc est également essentiel à la canalisation de l’eau qui alimente la partie Caraïbes du Costa Rica. Les pluies diluviennes qui s’abattent sur les pitons rocheux y sont filtrées et retenues par l’ensemble de la végétation.  Si cette zone venait à être déforestée, ce sont des milliers de personnes qui subiraient les glissements de terrains et autres catastrophes. Les bassins naturels servent également de réservoirs et permettent de fournir l’eau potable aux populations environnantes. Son point culminant est le Cerro Kamuk.
Le parc ne semble pas avoir gardé de trace d’une quelconque activité humaine toutefois des recherches archéologiques seront nécessaires pour acquérir la certitude qu’aucune population n’a vécu ici par le passé.

VISITE


4 secteurs sont ouverts au public :
• Secteur Très Colinas – les trois collines : accès très difficile et rude. 6 jours environ sous la pluie et le froid. Campement dans des refuges. 2 heures de Buenos Aires. 4×4 obligatoire.• Secteur Pittier : accès le plus facile. Durée de l’excursion environ 4 heures. A 45 km de San Vito. 4×4 obligatoire.

• Secteur Biolley : accès difficile. Durée de l’excursion environ 8 heures. 1 nuit dans un gîte rustique. 3 heures de San Isidro. 4×4 obligatoire.
• Secteur Santa Maria : accès moyen. Bonne condition physique. Excursion de 5 heures. Hébergement en lodge communautaire. 3 heures de San Isidro. 4×4 obligatoire.

Pas réflexions au sujet de « Parc National de la Amistad »

Laisser un commentaire

Laissez-nous ici vos commentaires et votre expérience de voyage au Costa Rica. Vous pouvez télécharger également LA meilleure photo de votre voyage ou le lien vers la video de votre choix.


CAPTCHA Image
Reload Image

Les champs * sont obligatoires - Votre adresse email ne sera pas publiée

NOS AGENCES