foret-seche-tropical-cover1-costa-rica-decouverte
  • 07Sep 21

La forêt sèche tropicale du Costa Rica (1/2)

La forêt sèche tropicale est l’environnement terrestre le plus menacé du Costa Rica et l’un des plus rares d’Amérique centrale, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de sa principale caractéristique, à savoir qu’elle est située dans une région tropicale où les précipitations sont très saisonnières, ce qui entraîne plusieurs mois de sécheresse grave. En effet, elle présente le plus grand nombre de jours sans pluie de l’année au Costa Rica. 

Cela affecte directement toutes les plantes et les animaux de la forêt sèche tropicale qui y habitent. Elles ont développé les adaptations évolutives appropriées pour s’adapter aux conditions d’une disponibilité en nutriments et en eau très inférieure à celle de la forêt tropicale humide. Cela oblige les plantes à perdre leurs feuilles pendant la saison sèche, et les animaux à avoir besoin de grands territoires. En outre, il faut faire face à l’apparition d’incendies provoqués par l’homme, précisément et malheureusement dans la période la plus sèche et la plus chaude.

La forêt sèche tropicale du Costa Rica est donc une zone de vie délicate qui nécessite, pour sa conservation, la protection de vastes zones continues pour la survie des grands mammifères, en particulier les prédateurs, car ils sont au sommet de la chaîne alimentaire. Une grande partie de cette forêt, dans la région nord-ouest de Guanacaste, est protégée par la Área de Conservación Guanacaste, mais il en faut encore plus. Bien qu’une récupération extraordinaire ait été réalisée, il faut prendre soin de sa grande vulnérabilité intrinsèque par sa nature aux actions humaines, qui ont le devoir de protéger le peu qui en reste et d’essayer de la restaurer autant que possible.

Faits sur la forêt sèche tropicale du Costa Rica :

  • Synonymes : Forêt saisonnière néotropicale, forêt saisonnière tropicale, forêt tropicale à feuilles caduques.
  • Distribution : Entourant le golfe de Nicoya et le long du littoral pacifique de la péninsule de Nicoya 
  • Menaces : Déforestation, incendies d’origine humaine, perte de territoire par le développement humain non durable, pollution, chasse et capture d’animaux.
foret-seche-tropical-cover-costa-rica-decouverte

Caractéristiques de la forêt sèche tropicale 

La sécheresse de la saison sèche est causée par les Alizés qui viennent du nord-ouest, et commencent à se manifester en novembre (provoquant à ce mois la transition de la saison des pluies). Les conditions restrictives ont fourni les pressions sélectives pour l’évolution de formes végétatives très distinctes. La végétation à feuilles caduques (chute des feuilles pendant la saison sèche) est une adaptation à l’évitement de l’eau par transpiration à travers chaque feuille.

La forêt sèche tropicale possède quatre couches : 2 couches d’arbres (canopée et sous-étage), la couche d’arbustes et la couche de sol.

Dans la forêt sèche tropicale, la période de précipitations est très pluvieuse, encore plus intense que dans les forêts tropicales. Les sources asséchées par la sécheresse se remplissent de forts débits qui provoquent même des inondations dans les environs.

Au cours des deux dernières décennies, la forêt tropicale sèche de la province de Guanacaste a connu un processus de récupération étonnant, qui doit être maintenu et encouragé.

Des adaptations évolutives pour survivre

Le biome de la forêt sèche tropicale est très important car c’est l’environnement terrestre le plus menacé par l’intervention humaine. Dans ce type d’environnement, seules survivent les espèces adaptées à la restriction de la disponibilité des nutriments et de l’eau. Toutes les plantes de la forêt tropicale sèche et les animaux qui y vivent ont développé des adaptations évolutives afin de vivre dans des conditions de nourriture et d’eau très limitées par rapport à la forêt tropicale humide. Ces conditions ont obligé les plantes à perdre leurs feuilles en cas de sécheresse, afin d’éviter la perte d’eau essentielle, et les animaux à avoir besoin de grands territoires pour assurer un approvisionnement suffisant en nourriture dans une région défavorable et sans abondance.

foret-seche-tropical-rhinophrynus-dorsalis-costa-rica-decouverte
Rhinophrynus Dorsalis

Un exemple extraordinaire d’adaptation évolutive pour survivre pendant la saison sèche est le crapaud fouisseur (Rhinophrynus dorsalis) qui s’enfonce dans le sol à l’aide de ses pattes et reste sous terre, protégé de la déshydratation et de la chaleur extérieures, mais qui, lors des premières pluies après la sécheresse (mai-juin), sort pour émettre des cris sonores et se reproduire.

Les sources sont moins fréquentes, et la plupart d’entre elles diminuent leur débit, voire s’assèchent, à l’arrivée de la sécheresse. Mais leur apport d’eau pure injecte de la vie dans la forêt sèche tropicale, et elles se rechargent à la saison des pluies. Sa situation géographique et sa faible altitude optimisent les conditions d’ensoleillement pour la photosynthèse des plantes, avec laquelle les forêts sèches contribuent également à la fixation du carbone présent dans l’atmosphère, mais à un degré moindre que les forêts pluviales en raison de la moindre densité de la forêt et du fait qu’elle est à feuilles caduques.

Après avoir vu dans les grandes lignes en quoi consiste la forêt sèche tropicale, nous parlerons dans un prochain article de sa faune et flore caractéristiques. 

Pas réflexions au sujet de « La forêt sèche tropicale du Costa Rica (1/2) »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE