orange-fertilite-1-costa-rica-decouverte
  • 07Nov 17

Rendre la fertilité de la terre avec des peaux d’orange

Un projet de conservation expérimental, abandonné et presque oublié, a fini par produire une incroyable victoire écologique près de deux décennies après avoir été rêvé dans les esprits de ces chercheurs. Le plan, qui a vu une société de jus jeter 1000 camions de déchets de peau d’orange dans un pâturage stérile au Costa Rica au milieu des années 1990, a finalement revitalisé le site désolé en une forêt luxuriante et florissante. On vous raconte tout.

C’est un sacré revirement, d’autant plus que le projet a été contraint de fermer seulement lors de sa deuxième année. Mais malgré l’annulation anticipée, les pelures d’orange déjà déposées sur le site de 3 hectares a conduit à une augmentation de 176% de la biomasse souterraine.

“C’est l’un des seuls cas où j’ai entendu parler d’une séquestration du carbone quasi nule”, explique l’écologiste Timothy Treuer de l’Université de Princeton. “Ce n’est pas seulement un gagnant-gagnant entre l’entreprise et le parc local, c’est une victoire pour tout le monde.”

Naissance du projet aux peaux d’orange

orange-fertilite-2-costa-rica-decouverteLe projet est né en 1997 lorsque les chercheurs de Princeton Daniel Janzen et Winnie Hallwachs ont approché le fabricant de jus d’orange du Costa Rica Del Oro avec une opportunité unique. Si Del Oro acceptait de faire don d’une partie de ses terres limitrophes de la zone de conservation du Guanacaste au parc national, l’entreprise serait autorisée à déverser ses zestes d’orange gratuitement sur les terres dégradées du parc.

La compagnie de jus a accepté l’accord, et quelque 12 000 tonnes de déchets d’écorces d’orange transportées par un convoi de 1 000 camions ont été déposées sans précaution particulière sur des sols pratiquement sans vie. Le déluge de déchets organiques riches en nutriments a eu un effet presque instantané sur la fertilité de la terre.

“Au bout de six mois, les pelures d’orange ont été transformées en cet épais sol noir et terreux”, a déclaré Treuer à Scientific American. “Il s’agit plus ou moins de passer grossièrement entre une sorte de matière boueuse remplie de larves de mouches.”

Malgré ce début prometteur, l’expérience de conservation ne devait pas durer, après qu’un producteur de jus concurrent, TicoFruit, ait poursuivi Del Oro, alléguant que son concurrent avait “souillé un parc national”. La Cour suprême du Costa Rica s’est rangée du côté de TicoFruit, et l’expérience ambitieuse a été obligée de prendre fin, ce qui a fait oublier le site pour les 15 prochaines années.

La nature reprend ses droits

Puis, en 2013, Treuer a décidé d’évaluer le site lors d’une visite au Costa Rica pour d’autres recherches. Il s’est avéré que le seul problème était en fait de trouver l’ancienne friche. Un défi qui nécessitait deux voyages sur le site, étant donné que le paysage aride avait été méconnaissablement transformé en une jungle dense et pleine de lianes.

orange-fertilite-costa-rica-decouverte“Cela n’a pas aidé que le panneau de six pieds de long avec un lettrage jaune vif marquant le site soit tellement envahi de lianes que nous ne l’avons littéralement trouvé que des années plus tard après des dizaines de visites sur le site.”, a déclaré Treuer à Marlene Cimons à Popular Science.

Lorsque l’équipe de Treuer a comparé le site à une zone proche non traitée à l’aide d’écorces d’orange, l’équipe de Treuer a découvert que son tas de compost expérimental produisait un sol plus riche, plus de biomasse arborescente et une plus grande diversité d’espèces d’arbres. Il y’avait même un figuier si énorme qu’il faut trois personnes enveloppant leurs bras autour du tronc pour couvrir la circonférence.

Quant à savoir comment les pelures d’orange ont été capables de régénérer le site si efficacement en seulement 16 ans d’isolement, personne n’est entièrement sûr.

“C’est la question à un million de dollars à laquelle nous n’avons pas encore de réponse”, a déclaré Treuer à Popular Science. “Je soupçonne fortement qu’il y a eu une certaine synergie entre la suppression de l’herbe envahissante et le rajeunissement des sols fortement dégradés.”

Un espoir pour le monde entier

Bien que les mécanismes exacts demeurent un mystère pour l’instant, les chercheurs espèrent que le succès remarquable de cette décharge de peau d’orange abandonnée, vieille de 16 ans, inspirera d’autres projets de conservation similaires. D’autant que, outre le double gain de gestion des déchets et de revitalisation des paysages arides, les boisements plus riches séquestrent également de plus grandes quantités de carbone de l’atmosphère – ce qui signifie que de petites parcelles de terres régénérées pourraient participer à la conservation des éco-systèmes, voire même à leur développement.

“C’est une honte de vivre dans un monde avec des écosystèmes dégradés par des nutriments limités, et dans le même temps avec des flux de déchets riches en nutriments. Nous aimerions que ces choses se réunissent un peu”, a déclaré Treuer à Scientific American. “Cette expérience n’est pas non plus un feu vert pour une entreprise agricole de commencer à déverser ses déchets sur des zones protégées, mais cela signifie que nous devrions commencer à réfléchir à des moyens de faire des expériences réfléchies pour voir si, dans leur système, ils peuvent créer des résultats gagnant-gagnant.”

Pas réflexions au sujet de « Rendre la fertilité de la terre avec des peaux d’orange »

Laisser un commentaire

Laissez-nous ici vos commentaires et votre expérience de voyage au Costa Rica. Vous pouvez télécharger également LA meilleure photo de votre voyage ou le lien vers la video de votre choix.


CAPTCHA Image
Reload Image

Les champs * sont obligatoires - Votre adresse email ne sera pas publiée

NOS AGENCES