• Anne

  • 15Sep 15

Expatriation au Costa Rica et ailleurs

Nous sommes expatriés depuis plus de 9 ans au Costa Rica et si tout va bien pour nous les expériences autour de nous ne sont pas toujours positives. Parfois les français que nous croisons et qui comme nous sont partis vivre à l’étranger sont loin d’être heureux. Je classerai en 4 catégories les expatriés : les français détachés par une entreprise, les retraités en recherche d’une meilleure qualité de vie, les expatriés qui sont tombés amoureux soit du pays, soit de quelqu’un et et enfin les entrepreneurs qui ont tout choisi, tout décidé par eux-mêmes.

Il y a une grande différence entre des expatriés dans un pays européen, proche de la France, et où ils peuvent aisément revenir 2/3 fois par an voire plus et ceux qui vivent a des milliers de km et ne peuvent quand à eux revenir en France beaucoup moins souvent. S’expatrier en Allemagne, c’est un peu comme un américain de New York qui serait originaire de Denver mais toujours dans le même pays, avec des règles similaires, des niveaux de vie plus ou moins égaux, des organisations sociales qui se ressemblent, des cultures et des modes de vie très proches. Il en va tout autrement pour des expatriés au Moyen Orient, en Asie, en Afrique ou en Amérique latine où tout est différent.

Les expatriés détachés

C’est la catégorie des grands groupes, des administrations, des détachements diplomatiques, des VIE et ONG. Les revenus sont conséquents, ils vivent dans de jolis condominios tout sécurisés que ce soit aux USA, en Afrique ou au Costa Rica c’est similaire. Leurs enfants vont dans des écoles privées tout frais payés par la société. Les avantages sont certes nombreux mais les risques sont grands. En effet, le cadre supérieur qui se voit offrir un poste très alléchant pour partir travailler à l’autre bout du monde est souvent accompagné d’un conjoint et d’enfant(s). Cette partie de la famille est celle qui subit et du coup cela devient parfois compliqué assez rapidement.

Ils côtoient beaucoup les francophones et vivent leur quotidien en comparant souvent leur vie d’avant. Ici, on a pas ça alors qu’en France… Enfin bref, c’est sans doute dans cette catégorie que les échecs sont les plus retentissant.

Toutefois, certains le vivent parfaitement bien mais s’y sont préparé. Voir plus bas nos conseils.

Les retraités

Cette catégorie est très variée. Il y a ceux qui s’éclatent et souvent ce sont ceux qui conservent une petite activité et en profite pour réaliser des rêves enfouis – si, si j’en ai croisé et puis ceux qui s’imaginait la vie sous les cocotiers facile et légère. Mais voilà, après avoir visité le pays d’accueil et ses voisins, installé sa maison et être allé à la plage pendant 2 heures chaque matin, ils tournent en rond. Leurs enfants et petits enfants leur manque, les voisins deviennent les pires des emmerdeurs car plutôt que d’avouer qu’ils se sont trompés, qu’ils ne supportent pas l’éloignement et aimerai surtout revenir au pays, ils préfèrent casser du sucre sur quelqu’un a portée de main.

Certains tombent dans des excès en tout genre : alcool, jeux… L’ennui ça fait des dégâts. Ce sont ceux qui devraient être le plus accompagnés et conseillés avant leur départ. Beaucoup ne parlent pas la langue et ne s’intègre donc pas.

Les amoureux

Couple mixte expatriéDans cette catégorie il y a tout les cas de figures. Les heureux, les amoureux déprimés, les anxieux, les indécis… Enfin bref, ils sont tous tellement différents qu’il est difficile d’en tirer ne serait-ce que le début d’une règle.

Il vivent, se marient, font des enfants et comme partout ils s’aiment, se détestent, divorcent. La par-contre si ils divorcent avec des enfants nés “là-bas” les choses vont sérieusement se compliquer. Il est rare de voir un expat revenir divorcé vivre dans son pays d’origine avec ses enfants.

Les entrepreneurs

C’est la catégorie que je connais le mieux puisque j’en fait partie avec mon mari. La majorité sont des entrepreneurs ayant déjà eu leur propre affaire. Ce sont ceux qui partent avec des projets établis, un peu d’argent en poche, des règles et des objectifs précis. Certains certes sont utopistes et s’imaginent devenir les rois du pétrole sans faire grand chose mais ils sont plutôt rares.

Entrepreneur expatrié

Pour la plupart, leur projet d’entreprise les motivent, les projettent dans l’avenir et les obligent a une intégration rapide.

Toutefois, lorsque certains se lancent dans une aventure et pensent par exemple que tenir un hôtel ou un restaurant alors qu’ils n’ont aucun expérience dans ce domaine ils courent souvent a l’échec.

Pour notre part, nous avons decidé de partir pour vivre une expérience dans un pays qui nous avait fait de l’oeil. Nous avons commis nos erreurs, avons doutés parfois mais lorsque nous faisons le bilan il est plus que positif.  Je peux dire qu’avec du recul, mon seul regret est de ne pas l’avoir fait plus tôt.

Mais sans doute n’aurions nous pas été assez mûres pour que ce nouveau départ soit une réussite ?

Nos conseils


SexpatrierVous trouverez ci-dessous les règles à respecter pour favoriser la réussite de votre expatriation. Ce ne sont pas des règles d’or, je n’ai pas cette prétention, mais juste des constatations piochées au fil de nos rencontres et de nos propres expériences.

Règle 1

Faire son auto-analyse, se connaître soi-même et faire de même avec les autres candidats au départ (famille, enfants).

Règle 2

Faire en sorte que la décision soit collective si vous partez a plusieurs. Être à l’écoute des autres, décider ensemble et mettre à plat avant si certains doivent faire des compromis.

Règle 3

Parler la langue. Certains vont sourire devant une telle évidence ? Et bien détrompez-vous car je connais un bon nombre d’expatriés français, américains, italiens qui vivent ici depuis pas mal d’année et ne parlent pas un mot d’espagnol. Difficile de s’intégrer dans ces conditions. A mon avis c’est une condition sine qua non.

Règle 3

Partir en reconnaissance plusieurs fois, ne pas se contenter d’un petit voyage de 12 ou 15 jours. La première vision est souvent déformée car tout est beau et sympa mais une fois la découverte faite, l’excitation retombée, il est souhaitable de se projeter sur une vie au quotidien à tel où tel endroit. Jamais votre vie ne sera telle que vous l’imaginez mais s’en rapprocher sera déja une des clés du succès.

Règle 4

Faire une synthèse des plus et des moins, de ce que vous pouvez y gagner et de ce que vous aller perdre et ce pour chaque membre de la famille. Vous verrez que les plus des uns seront les moins des autres et qu’il faudra en tenir compte. Il ressortira également pour les plus jeunes les peurs et les angoisses de cet éloignement et cela aidera les parents a y faire face.

Règle 5

Faire toutes les démarches nécessaires avant de quitter la France : régler votre statut fiscal en France, vos dettes, vos engagements… Préparer tout les documents nécessaires à votre implantation et à celle de votre famille, choisir les écoles de vos enfants et le lieu où vous souhaitez trouver une maison avant.

Règle 6

Pour ceux qui ne sont pas détachés par une entreprise il faut prévoir une couverture sociale surtout en cas d’accident et d’hospitalisation. Dans certains pays vous pouvez souscrire volontairement au régime local où sinon vous pouvez comme nous opter pour des assurances internationales aux tarifs intéressant. Pour notre part nous avons fait appel a un courtier en assurance afin de trouver les meilleures conditions.

Règle 7

Tout savoir sur l’administration locale et les lois migratoires avant de partir. En effet, dans certains pays, il vous faudra faire une demande de migration avant de partir et non pas une fois sur place. Pour d’autres, il faudra passer des étapes qui peuvent être longues et compliquées. Ne pas se fier aux forums ou autres sites non officiels car un nombres d’inepties y sont dites et vous induiront en erreur. Consultez plutôt le consulat de France du pays ou le consulat du pays en France. Ce sont les mieux placés pour vous informer. Vous pouvez également faire appel a une entité juridique du pays (avocat, notaire…) ou a des entreprises spécialisées.

En bref, l’expatriation ne s’improvise pas, elle se prépare avant de partir. Les secrets de la réussite sont principalement liés à cet aspect souvent survolé.

En conclusion, ne partez pas à la légère, renseignez-vous, soyez prévoyants et suivez vos instincts sans perdre la réalité de vue.

1 réflexion au sujet de « Expatriation au Costa Rica et ailleurs »

  • KATIA COEN| 8 Juil 2017 à 16:40

    Communiqué de presse : 
    Le Guide de la mobilité internationale et de l’expatriation vol I, de Katia Coen et Didier Denis K, en librairie actuellement, livre et ebook, 650 pages, Broché en A4 et 270 experts intervenants sur tous les sujets de l’expatriation et de l’organisation d’une mobilité.
    Pour expatriés, demandeurs d’emploi à l’étranger, relocation, services de mobilité
    http://www.e-xpat.com/home.html
    Rejoignez-nous dans le volume II avec vos avis, vos bonnes adresses ou vos témoignages. Parlez de nous dans vos blogs et rejoignez nos partenaires.



Laisser un commentaire

Laissez-nous ici vos commentaires et votre expérience de voyage au Costa Rica. Vous pouvez télécharger également LA meilleure photo de votre voyage ou le lien vers la video de votre choix.


CAPTCHA Image
Reload Image

Les champs * sont obligatoires - Votre adresse email ne sera pas publiée

NOS AGENCES