legendes-costa-rica-decouverte-feu
  • Arnaud

  • 19Nov 17

Insolite : 8 légendes ticas pour se faire peur (part 2)

Nous vous parlions avant le weekend de 4 légendes que les ticos se racontent pour se faire peur. Vous en voulez encore ? En voici 4 autres !

La carreta sin Bueyes

La légende est centrée sur l’avarice et la cupidité. Au milieu de la journée ou à l’aube, on entend une charrette se déplacer devant la maison d’une personne considérée intrinsèquement avare ou cupide. La charrette est peinte de plusieurs couleurs et, selon l’histoire, celui qui la voit meurt huit jours après.

legendes-carreta-costa-rica-decouverteL’épisode remonte au vieux San José, où vivaient des gens simples et croyantes. Là, une sorcière était amoureuse des plus braves et des plus beaux des garçons de la ville, qui la méprisaient parce qu’elle était chrétienne. Cependant, la sorcière obstinée a réussi à conquérir le jeune homme au moyen de mensonges, au point même de vivre de nombreuses années à ses côtés, et de le transformer en un être semblable à elle.

Les parents du garçon n’approuvaient pas cette union, de même qu’ils n’avaient pas la bénédiction du prêtre du village, qui profitait de l’espace de son prêche de temps en temps pour dénoncer l’événement.

Les années ont donc passé et la victime âgée était atteinte d’une maladie incurable. Pour cette raison, il a demandé à la sorcière qu’à sa mort, les offices saints (cérémonie d’enterrement) se tiendront dans le temple de la région. Cependant, le prêtre ne l’a pas autorisé.

Une fois que son bien-aimé fut décédé, la sorcière prépara les bœufs et la charrette, aussi mit le corps dans le cercueil, ramassa son balai, sa machette et se rendit à l’église. Le prêtre arrêta la charrette une fois aux portes de l’église, mais la sorcière n’obéit pas et blasphéma plutôt.

De nos jours, il est présumé que la sorcière, la charrette et les morts errent un peu partout. Ouuuuuhhhh…

El espantajo azul

Il s’agit d’un spectre qui apparaît sur le chemin qui relie le paradis avec Cartago (ville proche de San José). Apparemment, il s’agit d’un grand type bleu, capable de lancer du feu de tous les côtés.

Connu par le mal qui l’habite, aimant torturer les gens. Après sa mort, les commères indiquent qu’il est allé en enfer lui-même ; d’où il a réussi à s’échapper, mais avec l’ardeur du feu de l’enfer à l’intérieur de lui. Depuis, il roderait dans la vallée de San José. Vous serez prévenus !

La Tulevieja

legendes-tulevieja-costa-rica-decouverteUn fantôme féminin, couvert d’une sorte de chapeau appelé tule (en forme de banane) et avec des seins gonflés, qui erre à travers divers routes et villages.

Il existe plusieurs légendes autour de ce personnage fantasmagorique. La version la plus connue se réfère à la légende de La Llorona et raconte l’histoire d’une fille qui a eu une grossesse non désirée et portait toujours un tule. Après s’être rendue compte qu’elle était enceinte, elle s’est enfuie à Puntarenas et, pendant qu’elle était là, elle a laissé le bébé dans une rivière.

Une autre version parle d’une femme qui aussi portait toujours le tule. Un jour, le vent a arraché le chapeau qui s’est échoué dans la rivière. Puis, essayant de le récupérer, la femme s’est noyée.

Certaines personnes prétendent qu’elle a été transformée en un démon et apparaît aux hommes lubriques avec des seins nus, les invitant à les caresser pendant qu’ils dansent. Dans son sein se cache une fourmilière et les fourmis qui y vivent mordent le séducteur, l’anesthésiant. Ainsi, le Tulevieja s’envole avec l’imprudent pour… le manger !

Los duendes

legendes-duendes-costa-rica-decouverteDans l’enfance, il était courant d’entendre les parents dire : “À la fin de l’arc-en-ciel se trouve le pot d’or”. Depuis lors, nous nous sommes familiarisés avec la légende des nains (los duendes). Au Costa Rica, l’histoire raconte que, probablement, ces êtres minuscules existent à la suite du mélange d’Espagnols avec les esprits gardiens de la terre indigène.

Une des légendes autours de ces duendes. Les créatures avec des robes colorées, de 30 centimètres de haut, avec des barbes et leurs traces ont la forme d’un oiseau. Selon la croyance de certains agriculteurs, en raison du goût des gobelins pour les activités ludiques, s’ils se mettent en colère contre une famille, ils peuvent mettre la maison à l’envers, verser des cendres ou des excréments dans la nourriture, laisser tomber les comales (plaque chauffante pour cuisiner) et casser la vaisselle. Petits coquins !

Voilà ! Si vous vous retrouvez dans une discussion avec des ticos “autour du feu” (façon de dire, hein…), combien de ces légendes parviendrez-vous à placer ? 😉

Pas réflexions au sujet de « Insolite : 8 légendes ticas pour se faire peur (part 2) »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE