plan-environnemental-empreinte-san-jose-costa-rica-decouverte
  • Arnaud

  • 25Mar 19

Le plan environnemental du Costa Rica, modèle pour la planète (2/2)

Nous vous parlions du plan environnemental lancé par la première dame Mme Nobles, voyons maintenant le contexte et les répercussions politiques que posent ce plan.

Grandes ambitions, gros budgets

Après les transports, l’agriculture et les déchets représentent la plus grande part des émissions du Costa Rica. Pour réduire les émissions des sites d’enfouissement, le plan environnemental propose de nouvelles installations de traitement des déchets, ainsi que des systèmes de recyclage et de compostage, pratiquement inexistants.

plan-environnemental-station-recharge-san-jose-costa-rica-decouverte

Comment payer pour les ambitions vertes du Costa Rica reste un point d’interrogation. Une première estimation approximative estime le prix à 6,5 milliards de dollars au cours des onze prochaines années, ce qui, selon le gouvernement, sera partagé entre les secteurs privé et public. Pourtant, le recouvrement des impôts est faible, les industries puissantes sont exonérées d’impôt et les dettes de l’État ont augmenté. L’élargissement du déficit a récemment incité les agences de notation à dégrader la solvabilité du Costa Rica. Et une refonte fiscale que M. Alvarado a imposée l’an dernier a provoqué des manifestations dans la rue et une grève de plusieurs mois des enseignants.

Soutien et appui du président Alvarado, mari de Mme Nobles

M. Alvarado, âgé de 39 ans, qui a écrit un roman historique avant de devenir président l’an dernier, aime invoquer le passé. Les dirigeants avant lui ont également fait des choses improbables, a-t-il souligné, tout comme l’abolition de l’armée dans les années 1940. Il a qualifié le changement climatique de “tâche la plus importante de notre génération”. Il a déclaré qu’il ne voyait aucune raison d’attendre que des pays plus grands et plus puissants agissent en premier. En 2050, a-t-il précisé, le fils du couple aura 37 ans, soit le même âge qu’il avait été candidat à la présidence.

plan-environnemental-alvarado-dobles-san-jose-costa-rica-decouverte

Le dernier dimanche de février, sur une scène érigée derrière le Musée National du Costa Rica, son administration a cherché à rallier le pays au plan environnemental de décarbonisation.  “Le vert est le nouveau noir”, lisez le slogan du t-shirt de la première dame, se refermant à “l’or noir du pétrole”

Tout le monde n’a pas à y gagner

Un groupe de l’industrie qui représente les propriétaires d’autobus a déclaré que s’ils électrifiaient leur flotte, comme le gouvernement le prétendait, ils auraient besoin d’argent du gouvernement ou de tarifs plus élevés de la part de leurs passagers, ce qui créerait très probablement des difficultés politiques pour le gouvernement.

Les importateurs de voitures veulent que le gouvernement s’attaque aux voitures d’occasion, qui ont tendance à polluer davantage. Le plus gros importateur a déclaré que pour payer un plan aussi ambitieux, le pays pourrait vouloir reconsidérer son interdiction du forage pétrolier. Et Guillermo Constenla, président du plus grand parti du Congrès, a hésité à l’idée de relever la taxe sur l’essence.

plan-environnemental-voitures-san-jose-costa-rica-decouverte

Il y a une autre complication. Moins de voitures neuves signifierait moins d’argent pour le gouvernement à un moment où le Costa Rica peut le moins se le permettre. Les taxes associées aux combustibles fossiles, y compris les voitures neuves, représentent en effet plus de 20% des recettes publiques.

Le gouvernement s’interroge sur la possibilité d’une réforme fiscale complète, une entreprise risquée sur le plan politique. Mme Dobles a suggéré d’augmenter les taxes sur les véhicules énergivores, également risquées.

C’est un sentiment qu’elle veut que les Costariciens aient chez eux. Pour cela, a-t-elle dit, la vaste et vaste région métropolitaine de San José doit être fondamentalement redessinée. Plus d’appartements, plus de magasins, plus de trottoirs, plus d’espaces publics pour permettre aux gens de socialiser. Et des transports en commun rapides, modernes et sûrs. Mme Dobles veut que ses compatriotes voient que ce plan environnemental ne s’agit pas uniquement d’émissions : “C’est aussi une question de qualité de vie”.

Pas réflexions au sujet de « Le plan environnemental du Costa Rica, modèle pour la planète (2/2) »

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part dans le cadre ci-dessous de vos envies, de votre projet de voyage, des étapes souhaitées. Précisez éventuellement si vous voyagez avec des enfants, des personnes à handicap…

Les champs * sont obligatoires

NOS AGENCES DANS LE MONDE