Costa Rica pays sans armée
  • 10Mar 14

Costa Rica : un pays sans armée

L’abolition


Dans une région historiquement marquée par les guerres civiles et les coups d’Etat militaire, le Costa Rica a très tôt fait figure d’anomalie en devenant un pays sans armée dès 1948. Par l’initiative de Jose Figueres Ferrer, le chef du gouvernement, le Costa Rica est devenu un Etat précurseur. Pourtant, si le Costa Rica n’a jamais été un pays historiquement belliqueux, ni particulièrement attaché à son armée, aucune raison apparente ne laissait présager un tel destin.

Tout débute lors de l’élection présidentielle du 8 février 1948. Après une élection entachée de faits de corruption, notamment l’incendie d’une grande majorité des bulletins de vote, le candidat de l’opposition Otilio Ulate Blanco est élu président par le tribunal électoral. Une décision réprouvée par le candidat perdant, Teodoro Picado, soutenu par le président sortant Rafael Angel Calderon (Parti républicain). Après une requête rejetée par le tribunal, les calderonistes se tournent alors vers le congrès où, majoritaires avec le soutien des députés communistes, ils invalident l’élection. Ulate Blanco est alors placé en détention tandis que Picado devient président.

Sur ces faits, Jose Figueres, un des héros de la nation costaricienne, rentre de son exil forcé au Mexique. Le 12 mars, il lance une insurrection depuis sa ferme rebaptisé La Lucha (la lutte). Avec 600 hommes, il prend rapidement Cartago et San Isidro del General défendues par l’Armée de Libération Nationale. Dans le même temps, Francisco Orlich Bolmarchich, un riche entrepreneur qui deviendra plus tard président, ouvre un front au nord et la Legion Caraïbes, créée spontanément, prend Puerto Limon.

L’armée costaricienne est rapidement dépassée. Teodoro Picado doit négocier avec les vainqueurs. Jose Figueres est son principal interlocuteur. Figueres demande la reddition générale et propose trois personnes pour remplacer temporairement Picado : lui-même, Alberto Marten ou Fernando Valverde. Picado refuse et propose l’ingénieur Santos Leon Herrera. Au même moment, des discussions débutent entre Figueres et Manuel Mora Valverde, le leader communiste qui avait combattu auprès des Calderonistes. Ils s’entendent pour maintenir les acquis sociaux et aller plus loin encore dans les réformes. Un dernier affrontement a alors lieu le 19 avril à San Isidro puis Figueres, vainqueur, prend la tête de l’Etat, pour 18 mois.

La Guerre civile aura duré du 12 mars au 19 avril 1948. Le nombre de morts oscille entre 1000 et 2000 selon les sources.

Don Pepe


Le 1er décembre 1948, Jose Figueres, surnommé Don Pepe, rentre dans San Jose et se rend à la caserne Bellavista. Devant la foule amassée, il monte sur une échelle et frappe symboliquement la caserne d’un coup de marteau. Par ce geste, il signifie l’abolition définitive de l’armée costaricienne (ce geste apparaît sur le billet de 10 000 colones). Le même jour, il offre la caserne à l’Université du Costa Rica qui a par la suite transformé l’édifice en l’actuel Musée National. Peu après, Jose Figueres rend le pouvoir à Otilioi Ulate, le vainqueur “légitime” de l’élection.

Si la suppression de l’armée signifiait la volonté de stabiliser le pays et d’éviter de futurs coups d’état, un souhait plus noble accompagnait cette décision. Une phrase célèbre de Jose Figueres résume l’idée : « no quiero un ejercito de soldados, sino uno de educadores » (Je ne veux pas une armée de soldats, mais d’éducateurs). Et en effet, la suppression de l’armée a permis le financement des universités et de trois hopitaux. Le pays a ainsi connu pendant les décennies suivantes une croissance bien supérieure à l’ensemble de ses voisins. Aujourd’hui, le pays présente un taux d’alphabétisation proche de 100% et s’appuie sur une sécurité sociale relativement efficace.

L’abolition de l’armée ne s’est toutefois pas accompagnée d’une hyper-permissivité à l’intérieur du pays. L’Etat s’appuie sur une police nombreuse (1 policier pour 350 habitants contre 1 policier ou gendarme pour 268 habitants en France par exemple) pour maintenir l’ordre dans ses frontières. Cela en fait un des pays les plus sûrs de la région. Des accords avec les USA et l’Organisation des Etats Américains le protège également en cas d’invasion.

Ce modèle pose toutefois quelques questions, notamment face au remuant voisin nicaraguayen et à la montée du trafic de drogue dans le pays. Mais pour les Ticos, rien ne permet aujourd’hui de remettre en cause ce modèle. Ainsi, en 1985, alors que le Guatemala, le Salvador et le Nicaragua sombraient dans la guerre civile, 90% des costariciens avaient répondu “non” à une enquête relative au retour de l’armée dans le pays.

Pas réflexions au sujet de « Costa Rica : un pays sans armée »

Laisser un commentaire

Laissez-nous ici vos commentaires et votre expérience de voyage au Costa Rica. Vous pouvez télécharger également LA meilleure photo de votre voyage ou le lien vers la video de votre choix.


CAPTCHA Image
Reload Image

Les champs * sont obligatoires - Votre adresse email ne sera pas publiée

NOS AGENCES