• Anne

  • 23Nov 10

La récolte du grain d’or a commencé

Au Costa Rica, le café porte le doux nom de grain d’or. Ce surnom est dû à l’importance du café dans l’économie du pays mais également dans le cœur des Ticos. Cette boisson est au Costa Rica ce que le thé est aux anglais.
Le matin, c’est la boisson qui accompagne le Gallo Pinto, puis dans l’après-midi, il n’est pas rare de se voir offrir un cafecito, ce qui implique généralement une tasse de café  accompagnée par des quelques pâtisseries.

Un peu d’histoire


Introduit en 1720, la production de café est rapidement devenue une industrie importante, dépassant celle du cacao et du tabac. Premier pays d’Amérique centrale à développer cette culture, la croissance économique qui en résulte a permis au Costa Rica de développer les ports, les routes et autres infrastructures. Aujourd’hui, le café est un produit économiquement durable et représente la deuxième ressources du pays. Le Costa Rica ne produit que des grains de l’Arabica, réputé pour être le meilleur, plus fruité et plus savoureux que son cousin le Robusta.

La production


Ici, le café est une institution. Il possède ses lois, ses définitions propres et son institut. L’industrie du café est très structurée au Costa Rica.

Le producteur : Ce sont de petites exploitations autorisées a produire une graine d’Arabica. La majorité d’entre eux sont des exploitations de moins de 5 hectares (92%).

Le bénéficiaire : Petites usines de transformation dont le rôle est de collecter, de trier et de vendre le grain. Ils reçoivent le grain cru et le transforme en café vert. Souvent organisés en coopératives.

L’exportateur : Lien essentiel vers l’extérieur il gère les importateurs des pays consommateurs comme les USA, l’Allemagne,  le Japon, l’Italie, la France, l’Espagne et le Royaume-Uni.

Le torréfacteur : ce sont des propriétaires d’établissements engagés dans la torréfaction, le broyage ou tout autre processus du grain, ainsi que la mise sur le marché national.

Le café et la santé

Les vertues du café sont nombreuses.  En effet, en plus de stimuler l’énergie le grain d’or est riche en antioxydants qui aident à garder le sang propre. Il a également été démontré qu’il pouvait aider à réduire les risques de cancer jusqu’à 50%, mais aussi de réduire les risques de développer une cirrhose du foie. Il aide à calmer l’asthme, et de nombreux autres effets positifs. Gardez à l’esprit qu’une ou deux tasses par jour est essentielle pour obtenir des résultats maximum sur la santé.

Que vous viviez au Costa Rica ou que vous soyez simplement de passage, vous devez offrir à vos papilles la dégustation de plusieurs origines du café costaricien. Une visite dans n’importe quelle pulpéria (épiceries) vous fera découvrir un large éventail de marques et de mélanges. Le café est vendu en grains (grano) ou moulu (molido).

 

La culture au Costa Rica


Les principales régions de culture sont Tarrazú, Brunca, Orosí, Tres Ríos, Turrialba, Vallée Occidentale et Vallée Centrale.

Les régions du Costa Rica les plus productives sont Dota et Tarrazu, tous deux situées dans les montagnes de Talamanca, le long des pentes volcaniques environnantes comme celles du Poas, de l’Irazu et du volcan Barva.

Le café d’ombre : l’un des plus apprécié et le café cultivé à l’ombre. Les plans sous couvert forestier prennent plus de temps à mûrir, et produit un breuvage plus aromatisé. Recherchez l’étiquette indiquant «sombra bajo”.

Le café Bio: depuis plusieurs années, le Costa Rica développe une large proportion au café certifié biologique. Il est étiqueté comme “organico.”

Le Caracoli : Son nom issu de l’espagnol caracol (escargot) vient de la forme de son grain. En effet, chaque plan de café produit naturellement une cerise composée de 2 graines. Toutefois, certaines anomalies surviennent et certains fruits ne possède qu’une seule graine. Ces grains sont soigneusement triés pour en faire un produit plus riche et plus savoureux que n’importe quel autre. C’est le grand cru du café !

La récolte


De novembre à mars

C’est la période où les cerises rouges arrivent à maturité. Totalement manuelle, cette récolte se fait dans des conditions parfois difficiles. De plus, les grains d’un même plan n’arrivent pas tous à maturité en même temps et il faut donc repasser plusieurs fois au même endroit.

Puis, viennent les différentes étapes de tri, de séparation de la pulpe et du grain, de lavage, du séchage. Cette étape est l’une des plus sensible. En effet, le séchage s’effectue la plupart du temps et ce pour les meilleurs cafés en extérieur afin de sécher les grains au soleil. La moindre goutte de pluie sur le grain le rend inutilisable. Puis, au final, vient la torréfaction. C’est cette partie qui révélera ou non les qualités du grain.

Visites

Si vous envisagez un circuit en ce moment au Costa Rica, pleine saison de la récolte, il est possible de visiter diverses fincas de café qui vous proposerons de découvrir la culture et la vie d’une ferme typique d’exploitation de café.
Nous apprécions particulièrement, a proximité de San José, les fermes de Espiritu Santo et Finca Rosa Blanca ainsi que celle de Don Juan à Monteverde.

Prenez le temps de déguster, de humer les bonnes odeurs de torréfactions.

Pas réflexions au sujet de « La récolte du grain d’or a commencé »

Laisser un commentaire

Laissez-nous ici vos commentaires et votre expérience de voyage au Costa Rica. Vous pouvez télécharger également LA meilleure photo de votre voyage ou le lien vers la video de votre choix.


CAPTCHA Image
Reload Image

Les champs * sont obligatoires - Votre adresse email ne sera pas publiée

NOS AGENCES