01Février 2017

Le Costa Rica prend soin de ses forêts

Le Costa Rica parvient à augmenter la superficie des forêts en période de déforestation galopante en Amérique centrale…

Costa Rica, bon élève sud-américain pour ses forêts


Vous pouvez le dire tous ceux qui ont atterri à l’aéroport Juan Santamaria. Le Costa Rica est vert de presque sous tous les angles et la tendance indique qu’il en sera de même à l’avenir. Le Costa Rica est le seul pays d’Amérique centrale qui a grandi la surface forestière. En Amérique latine, les populations tentent de se rebeller contre la coupe sauvage des arbres et avec eux l’ensemble des écosystèmes dont les arbres sont une base fondamentale (ombre, racines profondes, etc.)

Quepos Puriscal costa-rica-decouverte

Bien que ce ne soit ni gratuit ni facile, le Costa Rica a fait ce pari têtu et a donné ses fruits au milieu de l’Amérique Centrale qui a réduit ses forêts pour avoir une couverture de 40% de son territoire maintenant. Cela dépasse la moyenne mondiale, mais la tendance indique que la “tache verte” (espace boisé sur une carte) s’amenuise dans l’isthme, à l’exception du territoire du Costa Rica. Ce dernier a en effet doublé sa tache verte au cours des trois dernières décennies et continue d’augmenter.

Avec 54% de son territoire couvert par la végétation dont la moitié se trouve dans 169 zones protégées, les Costaricains célèbrent leurs parcs nationaux. Et ne pas perdre de vue l’énorme défi de suivre le rythme conservationniste sans nuire à l’industrie du tourisme en plein essor. En outre, le Costa Rica surveille ses parcs nationaux afin d’empêcher l’extraction des espèces naturelles, des minéraux tels que l’or, la chasse ou même certains réseaux de trafiquants de drogue qui cherchent des endroits calme pour entreposer ou passer les drogues.

Malgré les graves lacunes qu’admettent avoir les autorités dans le système de surveillance des aires protégées et certains cas de gardes travaillant pour l’ennemi (corruption), les chiffres permettent à ce pays stable d’Amérique centrale d’agiter son drapeau écologiste et d’apparaitre comme un modèle dans les rapports comparatifs. Le dernier d’entre eux, l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), reconnaît les efforts du Costa Rica notamment par ce système appelé le Paiement des Services Environnementaux (PSE) au cours des 20 dernières années. Cet impôt a distribué 318 millions aux propriétaires fonciers pour conserver la forêt.

Sans argent, pas d’effort collectif


La politique publique sur le sujet est claire : 65% de cet argent provient d’une taxe sur la consommation de combustibles fossiles. Pour cela, on ajoute l’effort de l’État pour acheter des terres pour consolider les parcs nationaux. Ce qui cause une dette actuelle de l’ordre de 1,765 millions de dollars avec les anciens propriétaires de la terre, soit de 3,4% du PIB tico. Pour eux, ce modèle défendable par ailleurs empêche le développement des zones cultivables ou pour l’élevage.

Parc National Corcovado costa-rica-decouverte

Bien que le pays ne consacre pas assez d’argent pour son trésor naturel, le Costa Rica a réussi à augmenter progressivement sa couverture forestière. Ce qui lui permet de se positionner comme un leader régional (et mondiale) dans l’écotourisme et d’entretenir une solide industrie locale autour d’elle, en dépit de la mauvaise gestion de ces territoires. “Nous jouons avec notre poule aux œufs d’or”, a déclaré Mario Boza, l’un des pères des parcs nationaux critiquant le travail du Système national des aires de conservation (Sinac). Ces œufs d’or sont évidents dans le parc Manuel Antonio sur la côte centrale du Pacifique, le plus visité du pays avec 416.000 visiteurs l’an dernier.

Le principal problème est le manque de financement pour réinvestir parce que les lois locales ne garantissent pas le réinvestissement des ressources générées par les parcs. Ainsi, le corps des gardes ne représente que 431 gardes (selon les chiffres du syndicat national des gardes forestiers), qui en théorie permet à chaque responsable du suivi de 6000 hectares avec un statut de protection juridique.

 

Récemment, le président Luis Guillermo Solis a récemment annoncé que le Costa Rica avait déjà investi l’équivalent de 9 millions de dollars provenant du budget public ainsi que des dons des États-Unis, le Japon et ce certaines ONG internationales. Il a annoncé cela lors de la Journée des Parcs Nationaux (24 août), une date qui chaque année devient plus importante dans ce pays dont l’identité est en grande partie occupée par des forêts verdoyantes.

Pas réflexions au sujet de « Le Costa Rica prend soin de ses forêts »

Laisser un commentaire

Laissez-nous ici vos commentaires et votre expérience de voyage au Costa Rica. Vous pouvez télécharger également LA meilleure photo de votre voyage ou le lien vers la video de votre choix.

Les champs * sont obligatoires - Votre adresse email ne sera pas publiée

NOS AGENCES DANS LE MONDE